De l'importance des rudiments
=============================



Quelle est l'importance de travailler les rudiments ? Quels sont ceux qui sont particulièrement utiles et quand sont-ils utilisés ? Sont-ils réellement utiles pour tous les batteurs, ou conviennent-ils juste à ceux qui souhaitent faire du tambour ou du travail de caisse-claire ?

Réponse courte : Les rudiments sont une partie vitale de l'apprentissage de la batterie, et je recommande fortement à tous les batteurs de les apprendre et de les travailler !

Réponse longue :


Le mot "rudiment" désigne des notions, connaissances élémentaires d'une discipline, d'un art, d'une science, d'une doctrine. C'est l'enseignement de base, les matières élémentaires enseignées à un élève. Les rudiments sont donc les blocs de base de l'art de la batterie.

Certains batteurs peuvent choisir de ne pas apprendre ni travailler leurs rudiments, argumentant qu'ils ne sont pas utiles d'une part et qu'ils ne conviennent pas à leur jeu d'autre part. Je trouve que c'est plus une excuse pour ne pas les travailler que des arguments valides .

Ce n'est pas parce que vous n'utilisez pas un rudiment particulier dans votre jeu qu'il n'est pas utile de l'apprendre pour améliorer sa technique et sa maîtrise des baguettes et de l'instrument.

Bien que je n'utilise pas tous les rudiments tout le temps, ils sont tous valables pour toute sorte d'applications différentes. Ils sont comme un ensemble de mots à disposition, un vocabulaire, permettant de s'exprimer au travers de l'instrument. En apprenant tous les rudiments, vous augmentez votre vocabulaire batteristique (c'est français ça ?), et c'est essentiel dans le développement d'une bonne technique/connaissance avec l'instrument. C'est un peu les gammes du pianiste ou du guitariste.



Les rudiments viennent de l'armée : je ne connais pas tous les rudiments de toutes les armées du monde, mais je sais que, historiquement, il existe environ 70 rudiments dans l'Armée Suisse, 26 dans l'armée Américaine, et qu'un mix des deux a permis de créer le Standard des 40 rudiments de la batterie, par la Société des Arts Percussifs aux USA (PAS - Percussive Arts Society).

Vous pouvez retrouver ces rudiments en PDF à cette adresse: http://www.pas.org/Resources/rudiments.cfm

De nouveaux rudiments sont fréquemment créés, et même s'ils ne rentrent pas dans les 40 rudiments standards, ils ont certainement un rôle, et sont valables ! Steve Gadd et Billy Cobham, pour ne citer qu'eux, ont apporté beaucoup à l'application des rudiments militaires à la batterie. Par exemple, l'oncle de Gadd était batteur dans l'armée, Steve Gadd a lui même joué pendant trois années dans un groupe de l'armée. Ces deux batteurs ont apportés à la batterie leurs influences militaires et proposé une approche particulière de l'application des rudiments à la batterie. Il y en a d'autres, trop pour tous les lister ici !


Voici maintenant quelques petits trucs pour adapter les rudiments de base à la batterie toute entière.

Ayez toujours à l'esprit qu'il faut être créatif: le but est de jouer les rudiments tels que définis tout en utilisant tous les éléments de votre baterie, cymbales comprises. Voici un petit exemple d'adaptation des rudiments au set complet. Pour chaque rudiment, essayez les étapes suivantes:

1. jouez-le tel que marqué sur la caisse claire ou sur un tom.

2. ajoutez des accents où bon vous semble: prenons l'exemple du frisé. Ajoutez des accents sur la première double croche, puis sur la seconde, puis la troisième, etc. puis sur les deux premières, etc. Jouez ces rudiments sur la caisse-claire.

3. Jouez les accents précédemment cités sur des toms (n'importe lesquels, essayez de trouver un phrasé qui "chante").

4. Sur une mesure de 4 temps, jouez chacun des groupes de doubles croches (toujours dans le cas du frisé - ou single-stroke roll en anglais) sur un fût en distribuant autour du kit.

5. Jouez les accents sur une cymbale en mettant un coup de grosse-caisse en même temps que la cymbale (ça s'appelle des "pêches"), le reste à la caisse claire, piano.

6. Jouez tous les accents avec les pieds et tout le reste avec les mains

7. Jouez tous les coups de la main droite au pied et ceux de la main gauche avec la main.

8. Jouez tous les coups de la main gauche sur la caisse-claire, tous les autres sur d'autres éléments (y compris les pieds).

9. Mixez les propositions précédentes.

10. Inventez vous-même vos propres applications.

Sachant que ces façons de travailler doivent être effectuées avec chacun des rudiments existants, mais également en mixant les rudiments entre eux ! Vous verrez au bout de quelques temps de pratique qu'avec une base de 10 rudiments, on peut en jouer des fills !

Sans parler des solos qu'il est possible de construire avec une telle base... N'hésitez pas à essayer tout plein de choses, enregistrez-vous, et écoutez le résultat !

Vous allez parvenir, grâce à cette méthode, à construire votre propre signature au niveau des fills et des solos: vous seul déterminerez ce qui sonne bien et dans quel contexte, et, plutôt que d'entendre vos copains vous dire que vous avez "plaggié" un fill de Phil (Collins ! NDW : quel boutte en train ce Floyd ! ), vous pourrez vous targuer d'avoir développé votre propre style !


Conclusion, apprennez et travaillez tous les rudiments, en essayant constamment de trouver des applications intéressantes à votre jeu. N'hésitez pas à créer vos propres rudiments ! Qui sait, peut-être que dans quelques années, quand vous serez devenu une star incontestée du monde de la batterie, on commencera à travailler sur VOS rudiments ?

Bon travail !

Floyd - septembre 2005

Note : si vous voulez donner votre avis, ou débattre : n'hésitez pas : retrouvez Floyd sur les forums de la toile des batteurs !

JOUER AU CLICK

Floyd - septembre 2005