Visites chez les fabricants et importateurs

ART CUSTOM DRUMS part 2/2

Partie 2/2 :Essais de matériels

Philippe n’a pas fait les choses à moitié et nous a amené un joli panel de matériel de sa fabrication.

Intéressons nous tout d’abord à la pièce maîtresse : La batterie.

Une batterie sur mesure, ça consiste en quoi ? Si les diamètres sont standards, vous pouvez choisir la profondeur des fûts, leur épaisseur, la présence ou non de renforts, les chanfreins, la teinte, l’accastillage, et vous constituer un kit unique au monde. Selon le son que vous souhaitez, Philippe vous conseillera sur telle ou telle option.

Celle qui nous est présentée et un modèle tout en érable, les fûts bruts venant de chez Keller ce qui est déjà de bon augure.

Le kit a des dimensions dites « fusion » avec une grosse caisse de 20×18, et des fûts de 10×9, 12×10, 14×12. Le fût de la grosse caisse fait 8 plis sans renfort avec des chanfreins de 45° roundover (45° extérieur arrondi/45° intérieur).Les fûts des toms sont plus fins (6 plis) et sans renfort interne, les chanfreins sont à 45° roundover pour le 12 et le 14 et double 45° pour le 10.

Ils sont teintés puis vernis à l’extérieur et ciré à l’intérieur. Chez Art Custom on aime le bois et cette batterie et le modèle « laboratoire » sur lequel Philippe teste différentes applications de teintes (pour les produits utilisé, voir l’interview). L’accastillage vient en partie de chez Pearl mais en ce qui concerne l’essai ça n’a pas d’importance dans la mesure où Philippe vous livre votre instrument avec l’accastillage de votre choix.

Sur l’ensemble des fûts la finition extérieure, de teinte ambre, est très « légère », l’aspect tient plus d’une finition satinée que « gloss », mais c’est un choix délibéré qui correspond aux goûts du concepteur. Si vous préférez une finition façon miroir, pas de problème, Art Custom peut vous la réaliser !

Maintenant que les présentations sont faites, vous allez me dire «  et le son dans tous ça ? ». Et bien, on joue dans la court des grands. Le son est chaud, précis et puissant (tout ce que j’aime). Pour pouvoir faire une comparaison, nous avions amené un fût de 12 pouces d’une Ayotte verte bien connue des Tobiens…. Et, objectivement, nous avons trouvé que la Art Custom avait une attaque plus tranchée, plus nette, mais cela reste subjectif et il faut préciser que les peaux et les réglages étaient différents.

Philippe avait équipé son kit de Evans G2 (doubles plis, sablées), tout comme la DW présente dans le studio, leurs réglages n’étaient certes pas non plus identiques, mais cette dernière nous est apparue bien fade en comparaison, manque d’attaque, moins de sus tain, moins de rondeur, moins de précision.

Pour en revenir plus précisément à la Art Custom, la grosse caisse de 20  nous a littéralement bluffé !!! De devant elle s’est révélée toute en rondeur avec malgré tout une belle projection, du tabouret elle nous a d’abord semblée un peu timide, mais il a suffit de monter une batte en bois pour qu’elle devienne redoutable d’attaque, de puissance et de gras, un vrai régal ! Les trois toms, aux choix de chanfrein évolutif, nous ont d’abord parus mal assortis … Erreur, il a suffit de trois petits coups de clef sur le 14 pour que la descente prenne toute sa cohérence et sa beauté, chaleur, précision et puissance étant, décidément, les qualificatifs les plus appropriés ! A ce niveau de qualité seul les goûts et les couleurs peuvent faire la différence. C’est une batterie à classer parmi les DW, Ayotte, Sonor etc.

La caisse claire :

La caisse claire (5 ½ x14) est équipée de dix tirants, de cercles moulés d’origine Tama, de coquilles tubulaires en laiton chromé à deux points d’ancrage, de deux évents de décompression, dont l’un est inséré dans la très classieuse plaque d’identification ainsi que d’un magnifique déclencheur en aluminium à la molette de tension très accessible et ergonomique. Philippe l’a pourvue de peaux Remo, ambassador coated pour la frappe.

Constituée d’un fût de 10 plis d’érables renforcé de 6 plis à chaque extrémité et ornée d’un liseré de marqueterie du plus bel effet, dans sa livrée Erable naturel nous étions tous d’accord pour la trouver magnifique, pour louer l’ergonomie de son déclencheur, pour la trouver précise, puissante avec beaucoup de projection, mais certains ont regretté son manque d’harmonique, de rondeur, de chaleur.

Mais ces caractéristiques sonores correspondaient, à n’en pas douter, au choix d’un fût plutôt épais.

Les coquilles :

Philippe a choisi des coquilles faites main, en Allemagne par un tourneur. Elles sont en laiton massif et peuvent être chromées.

Les battes :

En bois bien sur mais à double facette. On peut avoir un coté bois nu et l’autre avec une pastille en feutre , ou en caoutchouc, ou une batte bois avec une pastille feutre d’un coté et caoutchouc de l’autre.

Nous avons testé la batte en bois nu. Décrire le son est difficile, mais le bois donne une attaque franche tout en conservant un peu de « gras ». La grosse caisse y gagne en puissance, bref ce qui est intéressant c’est la facilité qu’on a à s’adapter à ce genre de batte qui parait mastoque à première vue et qui est finalement assez légère est facile à jouer (n’oubliez pas avec ce genre de batte de renforcer la peau avec une pastille kevlar par exemple.)

Les baguettes (par Vg4)

Les essences utilisées sont essentiellement le frêne et l’érable.

A la suite de notre visite chez Art Custom, j’ai décidé de faire faire des baguettes sur mesure. Je joue habituellement avec des Pro Mark 5A ou 747.

Le jour de notre visite Philippe nous a présenté quelques baguettes et l’une d’elle m’a particulièrement plus. J’ai donc demandé à Philippe de me réaliser une paire de baguettes similaire mais avec une longueur légèrement supérieure (je lui ai donné la valeur de 410 mm c’est à dire plus long que les 5a et plus court que les 747) ainsi qu’une olive différente. Mes baguettes ont été rapidement prêtes et lorsque je suis allé les chercher, Philippe m’en a proposé une paire supplémentaire avec des caractéristiques très légèrement différentes, pour essai, pensant que les dimensions que j’avais demandées ne me correspondraient peut être pas tout à fait. Et il a eu raison, cette paire de baguettes revue et corrigée par ses soins me va comme un gant. On a affaire à un connaisseur.

Les baguettes en frêne se rapprochent un peu des baguettes en hickory, mais le frêne apporte plus d’élasticité. J’arrive nettement mieux à jouer en finesse et passer des roulements, par exemple, avec mes baguettes en frêne qu’avec mes baguettes en hickory, qui, du coup, ressemblent plus à des bûchettes pour allumer le barbecue.

Les baguettes en érable sont légères et l’avantage du sur mesure et que vous pouvez avoir vos baguettes de tous les jours en frêne et vous faire exactement les mêmes en érable pour jouer dans des conditions plus « intimes » style piano bar où il n’y a pas besoin de taper comme une brute.

La fabrication est sans reproche et vous pouvez les faire rouler…..elles sont droites.

Le vernis utilisé donne une bonne prise en main et je ne perd pas plus les baguettes que d’habitude, ni moins d’ailleurs.

En conclusion, je dirais que changer de baguettes quand vous jouez avec les même depuis quelques années, demande une petite réadaptation, mais après 1h ou 2h de pratique je n’arrive plus à jouer avec mes anciennes baguettes que je trouve « fade » et sans saveur.

Photo Futures baguettes avant usinage, un gabarit en aluminium

(Photo Baguette en court de tournage – Mes baguettes)

Par Pierre et VG4, décembre 2005

Laisser un commentaire