Batteries acoustiques

Réparer un rhodoid abimé

Réparer, recoller son rhodoïd

Par Maddrum


Il arrive avec le temps que le revêtement de notre chère et tendre se décolle. Ce phénomène, qui apparait avec le temps, arrive fréquemment, il se manifeste sur le joint de collage. Si sur un fût de petite profondeur ce phénomène n’est pas forcément visible, sur un tom-bass ou une grosse caisse, ça commence à être beaucoup plus visible et risque grandement de s’aggraver si l’on n’intervient pas rapidement.


Confronté au problème sur mon tom bass, j’ai décidé de prendre les choses en main.


Rhodoid décollé

 

C’est toujours délicat de se lancer dans une séance de réparation sur un instrument, il ne faut pas se planter, pas partir à l’aveuglette au risque de le regretter. J’ai donc contacté Philippe Bourguignon de Art Customs Drums et sans ses précieux conseils, je ne me serais pas aventuré à effectuer cette petite restauration.

Je vais donc, au travers de ce dossier, vous faire part des conseils que m’a prodigué Philippe et de l’intervention que j’ai effectué sur mon tom-bass pas-à-pas.

Avant tout, il faut préparer le fût, on le démunie des peaux, cercles et on enlève les deux coquilles qui se trouve sur le plan de joint de collage du rhodoïd.

 

Tom basse démuni

Ensuite, il faut soigneusement nettoyer en dessous de la partie supérieure du rhodoïd, à l’endroit où il s’est décollé, avec le temps, impuretés, poussières en tout genre se sont logées dedans et font faire un apport de matière qui empêcheront par la suite, un collage propre.


Ensuite, on se munie de scotch papier type peintre, on place une bande sur la partie supérieur du rhodoïd, bien placée sur le bord, puis une autre juste sur le bord aussi à l’endroit du collage :


Bande de scotch


Ne pas hésiter à doubler le scotch papier qui est assez perméable, j’ai même triplé son épaisseur pour ne prendre aucun risque.


Pour la colle, toujours avec les précieux conseils de Philippe Bourguignon, j’ai utilisé de la colle contact liquide de la marque Pattex, Philippe l’a testée ainsi que la Mr Bricolage qui fonctionne aussi très bien pour cette opération.


colle

 

Evitez les autres colles qui pourraient endommager le rhodoïd ! Philippe a eu un client qui s’est retrouvé avec son revêtement complètement bouffé en utilisant une autre colle.


Dans mon cas, pour un fût sans renforts de chanfrein, on s’équipe de deux tasseaux, de deux serre-joints à proximité.


On applique la colle contact liquide au pinceau, en poussant bien au fond.


  • Si on ne peut pas utiliser de serre-joints, on attend que la colle contact soit sèche au touché et on appuie fortement sur la partie supérieure du rhodoïd pour le coller.

  • Sinon, on place les tasseaux et on maintient le tout avec les serre-joints en laissant sécher 2/3 heures.


Serre joints

 

Après ce temps, on enlève délicatement le tasseau du dessus, le fait d’avoir doublé (triplé dans mon cas) le scotch papier, permet d’en laisser une partie sur le rhodoïd qui va encore être utile, car la bande de scotch supérieure vient avec le tasseau, elle reste collée dessus.

 

Pour terminer le travail, on va « souder » le joint à la colle cyanoacrylate, pour se faire on va enlever le scotch qui est le long du joint de collage (sur la partie inférieure du rhodoïd) puis le décaler du bord de 1mm.


colle cyano

Personnellement, j’ai utilisé un autre scotch que j’avais en réserve, qui est un peu moins perméable que le scotch papier traditionnel, ne voulant prendre aucun risque, car une trace de colle cyanoacrylate sur le revêtement sera définitive, c’est un scotch appelé « bande cache » Tamiya utilisé en maquettisme.

Sinon le scotch papier peut très bien faire l’affaire, mais il vaudra mieux en mettre plusieurs épaisseurs.

scotchs

Pour la colle cyanoacrylate, je suis tombé sur ce petit flacon, qui s’est avéré très pratique pour cet usage, munie d’un petit pinceau, l’application fut très pratique et aisée.


collage

 

Là, il faut être minutieux avec cette colle, il ne faut pas en mettre des tonnes, faire bien attention à ne pas déborder.

Cette étape peut se pratiquer seul(e), sans avoir recours à la colle contact liquide au préalable, dans le cas d’un très léger décollement du revêtement, dans mon cas, le phénomène étant trop avancé, il me fallait procéder ainsi.

Voilà, une fois terminé, on a plus qu’à apprécier le résultat de son travail.

 

c'est fini !c'est fini !

 

 

Cette opération ne demande pas trop de temps ni de moyens, ne coûte pas très cher à réaliser et votre batterie vous en remerciera, car après tout, elle le vaut bien…


Un gros merci à Philippe Bourguignon qui m’a conseillé et très clairement expliqué la marche à suivre pour cette opération.


Dossier réalisé par Maddrum – Octobre – Novembre 2007


La Toile des Batteurs

Laisser un commentaire