Le hardware

Perchette Pearl CH 1000

  • Cédric Billard

(1) ancienne CH 88


Il y a quelques mois de cela, Pearl a remanié sa gamme de pieds de cymbales et de perchettes, gardant les principes qui ont fait leur réputation (tilter non cranté, bagues mémoires à tous les étages), tout en distillant ça et là quelques innovations fort intéressantes !

Grand fan de l’ancienne perchette CH 88 (1), qui présentait beaucoup de qualités, j’ai choisi de vous parler de sa remplaçante directe, la CH 1000 (2).


Au milieu de le nouvelle gamme, la perchette pearl CH 1000, n’est plus qu’une des solutions proposées par le fabricant Japonais aux possesseurs de racks pour réussir à placer une cymbale dans la position exactement souhaitée, c’est la solution de base.

Composée, comme le précédent modèle, d’un tube vertical d’environ 40 cm et de 22.2 mm de diamètre (soit 7/8 de pouce) pourvu d’une bague mémoire (3) (adaptable à tous les clamps de rack que je connaisse), d’un bouchon à son extrémité inférieure et d’une rotule crantée, dont le design s’est fait plus massif, à son extrémité supérieure.

(3) bague mémoire


(2) nouvelle CH 1000

(4) rotule crantée

(5) exemple d’inclinaison

Cette rotule (4) n’est équipée que d’un seul papillon, qui lorsqu’on le desserre permet d’abord de mobiliser la perchette proprement dite avant de pouvoir modifier le réglage de l’angle, contrairement aux perchettes Tama, qui, avec leurs deux papillons , permettent des réglages indépendants.


A noter que cette rotule permet un réglage sur 360° (5), la perchette étant décalée par rapport au tube vertical (contrairement aux dernières Tama ou Yamaha dont perchette et tube vertical sont sur le même plan, ce qui induit qu’en position verticale il est prévu que la 1ère coulissent dans le second et ce qui limite les réglages à angle aigues entre les deux). A noter que cette rotule ne permet pas de mémoriser le réglage et donc ne vous épargnera pas les petits bouts de chaterton.


La perchette elle-même mesure également une quarantaine de cm, pour un diamètre de 16mm. Elle est aussi pourvue d’une bague mémoire qui vient épouser la forme de la rotule (6), mais qui par ce principe laisse un jeu latéral de quelques millimètres que l’ancienne, avec son ergot, empêchait. A une de ses extrémité on trouve un capuchon en plastique, à l’autre, le tilter.

(6) rotule


Le tilter (7), toujours équipé du système uni-lock, voit son look légèrement évoluer avec des inserts plastifiés, le papillon de réglage migrant sur la partie mobile et le tube support de cymbale se décalant vers l’extérieur.

Son fonctionnement est peut-être encore plus doux et précis qu’auparavant : l’absence de crantage permet un réglage hyper précis, sans à coups (le tilter ne reste pas « collé », s’il n’a pas servi depuis longtemps).

Le gros papillon permet un asservissement solide sans effort, mais attention à ce qu’il soit suffisamment serré si vous ne voulez pas avoir à refaire vos réglages lorsque vous sortez votre perchette du flight.


(7) le tilter unilock


Le petit tube supportant la cymbale présente lui aussi une nouveauté, d’un diamètre de 9.7mm, il est dorénavant moleté, ce qui permet de l’équiper en option de quelques accessoires destinés à fixer d’autres éléments à coté de la cymbale (Wood block, cloche, splash…).

Pour terminer cette description, telle une cerise sur le gâteau, Pearl nous a gratifié d’une petite révolution destinée à faciliter la vie de tous les roadies et de tous les batteurs, surtout s’ils ont un kit de cymbales étoffé : le système « wingloc ».


Wingloc, enfin un système de fixation de cymbale qui cumule tous les avantages :

ergonomie, rapidité de manipulation, précision du réglage et fiabilité (à confirmer avec l’épreuve du temps).

Fini les longues secondes passées à serrer ou desserrer vos papillons de cymbales, papillons bien lisses qui, une fois sur cinq, vous échappent et vont gentiment se loger à l’endroit le plus inaccessible de votre kit, vous obligeant à une longue séance de plongée sous grosse caisse, avec contorsions, lumbago et crises de nerf à la clef.

Caractéristique intéressante, cette petite pince s’adapte sur tous les filetages de 8mm de diamètre (comme sur les nouveaux tilters Tama) et est vendue au détail (fort cher pour l’instant, environ 10€).

Comme quelques clichés valent mieux qu’un long discours, voici en huit temps et une dizaine de secondes le mode d’emploi de ces sympathiques petits ustensiles. (photos 1 à 8 plus bas). Seul petit défaut du « wingloc », son volume un peu trop imposant pour quelques cymbales chinoises aux cloches étroites comme les Wu han.

En conclusion, malgré deux ou trois petits défauts (réglage de la rotule sans mémoire et à un seul papillon, bague mémoire de la perchette moins précise, volume du « wingloc), Pearl nous offre avec cette nouvelle mouture de sa perchette vedette, un accessoire de haut niveau, très fiable précis et ergonomique, qui va vous permettre de placer au millimètre près votre petite cymbale.

Un accessoire qui devient évolutif et qui s’inscrit dans une gamme très attrayante (avec la CH 2000 (16) et la CH 2000S (17)) pour un tarif qui, lui, n’a quasiment pas évolué, Chapeau !

Tarifs indicatifs : Thomann : 44.00€, La Baguetterie : 47.16€

« NoName » – mars 2005



Perchette CH2000


perchette CH2000S


Dossier réalisé par Pierre

Comments are closed.