Accordage

ACCORDAGE des FUTS : méthode générale

  • Cédric Billard

ACCORDAGE des FUTS

 

 

SOMMAIRE

 

Avant propos

 

La méthode qui vous est proposée ici est une traduction – adaptation de la fameuse « Drum Tuning Bible », autrement dit la bible de l’accordage de la batterie, une référence absolue en la matière.

 

Cette bible est entièrement rédigée en anglais, et de ce fait, très difficile à lire pour nous batteurs français, d’autant plus les termes spécifiques à notre instrument viennent compliquer cette lecture.

 

La version que je vous propose est une traduction – adaptation, je ne suis évidemment pas infaillible, et il se peut que des erreurs d’interpétations subsistent. En ce cas n’hésitez pas à me contacter pour me signaler l’erreur éventuelle en cliquant ici. J’ai illustré les propos et donné quelques détails supplémentaires glanés ci et là au cours de mon apprentissage de la batterie.

 

La peau de frappe

 

La peau de frappe contrôle la sensation de frappe, l’attaque initiale, le son produit par la frappe de la baguette, et le son principal de la batterie y compris les harmoniques.

 

Quand le tambour est joué, l’oreille entend principalement l’attaque et la note fondamentale de celui-ci. Les harmoniques émises par la peau de frappe se perdent avec la distance d’écoute, mais participent à la projection générale du son.

 

La peau de résonance

 

Les peaux de résonances sont souvent sous estimées, alors qu’elles sont responsables de la justesse de l’accord, et de la réponse à la frappe de la baguette sur la peau et la résonance du fut.

 

La peau de résonance contrôle la résonance et le sustain, elle a un rôle primordial sur les harmoniques et met en valeur le timbre du fût.

 

Sauf rares exceptions, les peaux de résonance sont exclusivement des peaux simples pli.

 

Accordage : généralités

 

Quand vous accordez un fût, que ce soit la peau de résonance ou de frappe, avec une tension importante ou faible, vous traversez les zones suivantes :

 

– une zone où la note produite est bien claire

– une zone où la note ne vit plus : son pauvre et sans consistance

 

pose des peaux

 

Les méthodes peuvent changer en fonction des fabricants de peaux.

 

Lors de la première pose d’une peau neuve, le but est faire en sorte que la peau soit naturellement placée sur le fût.

 

Une assise correcte de la peau consiste à optimiser le point de contact entre le fût et le film de la peau : la peau doit parfaitement épouser le cerclage du fût. Le plus souvent, en tout cas pour les batteries d’une qualité minimum, le fût doit posséder un chanfrein parfaitement poli pour optimiser le point de contact entre le fût et la peau. La qualité de ce point de contact est primordial.

 

Une méthode pour obtenir une bonne assise de la peau sur le fût consiste à effectuer un serrage plus important que la normale de la peau. Cette méthode de « pré-serrage » à haute tension de la peau, permet à cette dernière de se déformer à la mesure exacte du tambour, et permettra d’éviter au musicien d’accorder trop souvent sa peau.

 

Attention, les peaux Aquarian n’ont pas besoin, à ma connaissance, de cette étape préliminaire en raison de leur procédé de fabrication.

 

Plus les chanfreins sont de bonne qualité (plus les batteries sont chères aussi !), moins la tension nécessaire à ce premier serrage a besoin d’être importante. Inutile de préciser que les chanfreins doivent être en bon état …

 

La positionnement initial de la peau sur le tambour est important : le centrage doit réalisé le plus soigneusement possible : un décentrage diminuerait la capacité de résonance du fut.

 

Choix des peaux : voir la chronique « les peaux » (rubrique « Matos »)

 

Taille des fûts

 

Le diamètre du fût est le premier responsable de la tonalité.

La profondeur du tambour joue plus sur la durée de la note et la résonance.

Une faible épaisseur du fût lui apporte du tonus, du corps et de la résonance.

Une forte épaisseur du fût lui apporte de la projection, et diminue la résonance.

 

Différence entre timbre et tonalité

 

Le timbre, c’est le caractère général, la couleur du son, tandis que la tonalité représente sa note fondamentale : qui peut être caractérisée par un son ouvert ou résonnant.

La note fondamentale du tambour peut se régler, comme une corde de piano ou de guitare, en fonction de la tension appliquée aux peaux de frappe et de résonnance.

 

Par analogie aux notes de musique, si un fût de 12 pouces peut être accordé à une note assimilée à un « sol », ou à un « ré », il se peut qu’il ne puisse vraiment donner toutes ses capacités qu’accordé en « la » :dans ce cas on dit que le « la » est la note fondamentale du fût.

 

La note fondamentale est donc l’accord des peaux qui permet au fût de donner le meilleur de lui-même.

 

Le fait que le fût sonne plus chaud ou plus brillant, caractérise le timbre.

 

Chanfrein

 

Un chanfrein à 45° avec angle vif va augmenter le sustain et produire des harmoniques brillantes.

Un chanfrein à 30° permet de mieux contrôler l’accord, et préserve les peaux si celles-ci sont accordées très tendues, le chanfrein étant moins pointu.

Un chanfrein arrondi produit un son étouffé.

 

La caisse du fût

 

Plus l’intérieur du fût est rugueux, moins le tambour a de la résonance.

 

Avec des fûts épais, les peaux ont une influence importante sur la tonalité.

 

Chaque fût peut avoir une fréquence (tonalité) fondamentale, phénomène d’autant plus remarquable avec les fûts de fine épaisseur.

 

Un accordage précis ou un tapotage de la caisse vous permet de se faire une idée du caractère de chaque fût.

 

Les caisses les plus fines possèdent plus de résonance. Un chanfrein à angle vif apporte encore plus de résonance et d’harmoniques.

 

Si le fût est exempt de renfort ou d’accessoires, il vibrera plus naturellement et le son sera plus ouvert .Avec un cercle de renfort autour de la caisse, le sustain sera réduit et le son aura une présence renforcée sur les mediums.

 

Les bois

 

Le meilleur moyen de se faire une idée du son produit par les différents bois à partir desquels sont construits nos fûts, est de les comparer les uns aux autres.

 

POUR PLUS D’INFOS : Chronique « BOIS »

 

Nota pour les anglophobes :

 

MAPLE = Erable

MAHOGANY = Acajou

BEECH = Hêtre

BIRCH = Bouleau

OAK = Chêne

 

Erable comparé à l’acajou africain :

L’acajou va apporter environ 20% résonance en plus dans les fréquences grave que l’érable. Les fréquences mediums seront sensiblement les mêmes.

 

Erable comparé au bouleau :

Le bouleau va apporter environ 10% de moins de graves et environ 20% de plus d’aiguës, avec un registre medium sensiblement équivalent.

 

Le hêtre se place entre l’érable et le bouleau.

 

Le chêne apporte des graves et une certaine puissance.

 

D’autres types de bois sont utilisés pour diminuer les coûts, et sont donc destinés aux batteries meilleur marché, comme l’acajou des Philippines, le peuplier … Les fûts ainsi construits se rapprocheront plus des sonorités produites par le bouleau ou le hêtre.

 

Accordage : le dégrossissage

 

Cette méthode fonctionne sur tout type de tambour : toms, caisse claire et grosse caisse.

 

Avant tout : pour optimiser la précision de l’accord, il est conseillé de déposer une petite goutte d’huile sur les vis avant de les serrer.

 

1. enlevez les anciennes peaux, résonance et frappe (même si vous ne voulez changer que la peau de frappe), examinez l’intérieur de la caisse, et éliminez les saletés ou poussières qui peuvent se trouver à l’intérieur.

 

2. posez la caisse sur une surface telle une moquette, un tapis ou un coussin.

 

3. La caisse posée côté frappe sur la moquette, posez la peau de résonnance, et le cerclage par dessus.

 

 

4. Vissez toutes les vis jusqu’à ce que le contact se face entre les rondelles des vis et le cerclage. Une fois toutes les vis en contact, les desserrer toutes de ¼ de tour. (à ce niveau, certains préconisent de serrer chaque vis avec le bout des doigts, jusqu’à ce que vous ne puissiez plus les tourner par la seule force de vos mains). Je vous conseille grandement de huiler légèrement de temps à autre vos vis de serrage pour les faire durer dans le temps, mais aussi pour vous assurer un réglage facile.

 

 

5. Utilisez 2 clés sur le même diamètre, et donnez un demi-tour de clé, changez de diamètre et donnez un demi-tour de clé. Continuez ainsi de suite jusqu’à ce que vous ayez effectué 2 tours complets sur chaque vis. La note obtenue n’est pas importante pour le moment. Vos 25 clés doivent toujours être à 180° l’une de l’autre. Exemple avec une caisse claire 6 tirants :

 

6. Levez de quelques centimètres la caisse, tapotez la peau nouvellement montée et vérifiez si vous avez un son exempt de défaut, de grésillement. Sinon redonnez ¼ de tour de clé supplémentaire à chaque vis (toujours face à face à 180°), jusqu’à ce que le son soit net. N’ayez pas peur de serrer plus que la tension normale de jeu, il est primordial que la peau produise un son clair et exempt de distorsion.

 

7. Reposez la caisse sur la moquette

 

8. Tapotez, avec la clé de serrage (ou une baguette), légèrement, à environ 40 mm du cercle en face de chaque vis. Tapotez TOUJOURS avec la même force et à égale distance de chaque vis. Ecoutez le son et la résonance produits. Vous entendrez différentes tonalités selon l’endroit où vous tapotez. Prenez un son en référence, et ajustez chaque vis de manière à obtenir une résonance égale devant chaque vis à cette référence. L’ordre de serrage n’a pas trop d’importance à ce niveau. ATTENTION : ne jamais desserrer, toujours serrer ! Si jamais vous avez trop serré une vis, desserrez là et resserrez là jusqu’au serrage désiré.

 

 

Précision de « Noname » : « je préconise , lorsqu’on tapote avec la baguette devant chaque tirant, de mater la résonance du fut en appliquant une pression légère et constante au centre de la peau avec un doigt de la main libre. De cette façon on entend mieux la note émise et ainsi on peut affiner plus facilement le réglage. »

 

9. Pour être sûr que la peau est bien en place , et pour faire craquer la colle (dans le cas des peaux collées : remo, evans), appuyez sur la peau, au centre, de manière à l’enfoncer d’environ 15 mm.

 

 

10. Le tambour non posé sur la moquette (sur son stand par exemple), desserrez, de la même manière que avez serré, chaque vis de 1 à 2 tours par incrément de ¼ de tour, jusqu’à ce que la résonance disparaisse en tapant toujours de la même manière avec la baguette.

 

11. Serrez de 1/8 de tour de clé chaque vis, et tapoter avec la baguette à chaque tour de clé, et répétez jusqu’à ce que vous obteniez un son clair exempt de distorsion.

 

12. Répétez l’étape 8, de manière à ce que le son produit devant chaque vis soit identique.

 

13. Tournez la caisse, et procédez de même pour la peau de frappe à partir de l’étape 2

 

Accordage : ajustement fin

 

Conseil : si vous le pouvez, laissez reposer les peaux nouvellement montées pendant quelques heures avant de les régler plus finement.

1. posez le fût sur son stand, la peau de résonance face à vous. Tapoter une fois, et vérifiez si vous avez toujours un son grave, résonant et clair. Si oui, rendez-vous à l’étape 2. Sinon, serrez très légèrement chaque vis (pas plus d’1/16 de tour de clé chacune). Allez à l’étape 8 précédente en tapotant et en appuyant au centre. Arrêtez vous dès que vous un son bien clair.

 

2. Tournez le fût, peau de frappe face à vous. Tapez une fois dessus, et vérifiez si vous avez toujours un son résonant et clair. Si oui, rendez-vous à l’étape 3. Sinon, serrez très légèrement chaque vis (pas plus d’1/16 de tour de clé chacune). Allez à l’étape 8 précédente en tapotant et appuyant au centre. Arrêtez vous dès que vous obtenez un son bien clair.

 

3. Que vous aimiez ou non, l’accord ainsi obtenu est le plus grave que vous aurez.

 

4. Il est maintenant temps d’affiner l’accordage pour obtenir le meilleur du fût. A partir de maintenant, ne vous occupez plus que de la peau de frappe, et ne procédez jamais par plus de 1/16 de tour de clé sur chaque vis. Soyez souple et parcimonieux avec votre clé de serrage ! Tapez toujours sur la peau de frappe entre chaque coup de clé, pour être sur que la peau soit bien accordée.

 

5. Vous allez traverser des périodes au cours desquelles le tambour va sonner parfaitement, pour quelques coups de clé il va mal sonner, puis de nouveau bien sonner pour quelques coups de clé de plus, ensuite, au-delà de ces 2 zones, l’accord est perdu et vous allez subir une surcharge d’harmoniques. Si vous arrivez à ce stade, desserrez de ¼ ou ½ tour de clé, et recommencez l’opération. Le son doit être précis, et ouvert.

 

6. Si vous voulez un réglage plus aigu, plus brillant, tournez le fût, et serrez la peau de résonance de 1/8 à ¼ de tour sur chaque clé. Comme à chaque fois, tapez sur la peau entre chaque tour de clé pour vérifier l’accord, idem étape 5.

 

Conseils

 

Pour plus de punch ou d’attaque, la peau de résonance peut être serrée plus que la peau de frappe. Pour avoir un son ouvert avec une bonne résonance, les 2 peaux (résonance et frappe) doivent avoir un serrage quasi identique.

 

Vous pouvez utiliser des sourdines comme les sourdines de type moon gel. Ces moongel permettent de couper les harmoniques indésirables et de raccourcir la durée de la note. Il est aussi possible d’utiliser le mattsound.

 

 

Un son ouvert avec une bonne résonance, les 2 peaux (résonance et frappe) doivent avoir un serrage quasi identique.
Vous pouvez utiliser des sourdines comme les sourdines de type moon gel. Ces moongel permettent de couper les harmoniques indésirables et de raccourcir la durée de la note. Il est aussi possible d’utiliser le mattsound.

 

 

Comments are closed.