Batteries acoustiques

WILLIAM AMADIEU : créateurs de batteries

WILLIAM AMADIEU : créateurs de batteries

Dossier réalisé par Pento

Pour réagir à ce dossier, cliquez ici !

Pento : Bonjour William, peux-tu te présenter en quelques mots ?

WA : Mon nom est William Amadieu, je suis artisan ébéniste créateur de mobilier contemporain et facteur de batteries. J’ai 37 ans et c’est mon grand-père lui-même ébéniste qui m’a fait découvrir ce métier …

Pento : Es-tu musicien et plus précisément batteur ?

WA : Oui , j’ai commencé la batterie à l’âge de 10 ans , j’ai ensuite arrêté quelques années … et je m’y suis remis lorsque mon projet batterie a vu le jour, pour tester mon matériel entre autres …

Pento : Quelle est ta formation ?

WA : Mon grand-père m’a déjà formé sur le tas , ensuite le bac , un CAP d’ébéniste en poche et plusieurs formations de haut niveau pour me perfectionner. J’ai travaillé dans divers ateliers pour la réalisation de meubles d’art et restauration puis les « chantier naval » pour la réalisation et l’aménagement intérieur de voiliers et Yacht de luxe, catamarans etc …

Pento : Quelle est la différence entre facteur d’instruments et Luthier ?

WA : La facture instrumentale englobe tous les métiers de facteur d’instrument (orgue, piano, clavecin, harpe, percussion, instruments traditionnels, instrument à vent en bois et en métal, instrument à corde ancien, accordéon, anches, instrument de musique mécanique) puis les luthiers ( en guitare, et en instrument à cordes frottées anciens ) et enfin les archetiers . Il s’agit surtout d’une notion d’artisanat et de fabrication à tous les stades de l’instrument, c’est important de le dire.

Pento : A quel moment t’es venue l’idée de fabriquer des batteries ?

WA : Cela m’est venu tout naturellement, ayant pratiqué l’instrument j’ai voulu réaliser ma propre batterie grâce à mon savoir faire d’ébéniste.

Pento : Depuis combien de temps fais-tu cela ?

WA : Cela fait 3 ans environ que je réalise des futs & caisses claires en bois massif.

Pento : Réalises-tu seulement des batteries ?

WA : Non actuellement ma principale source de revenus est la création de mobilier d’art contemporain et la restauration de meubles. J’utilise le même atelier pour la conception de batteries … j’ai cependant dû créer des machines spécifiques pour cela et j’ai mis au point des techniques de travail adaptées.

Pento : Quel est le principe de création de tes fûts ?

WA : Il s’agit d’un système d’assemblage de bois choisis de manière extrêmement rigoureuse, pour leurs qualités esthétiques (couleurs , veinage etc… ) et sonores ( densité etc..). Le fût est un assemblage de douelles. Celles-ci sont collées dans le sens vertical de la fibre du bois afin d’obtenir toutes les qualités acoustiques . Pour la solidité du fut, les douelles sont assemblées par un système de rainures-languettes. Cela me permet d’utiliser de très faibles quantités de colle car celle-ci affecte la qualité du son.

NDLR : à propos des douves, le mot serait plus apparenté à la fabrication de tonneaux semble-t-il, quant aux douelles c’est le terme que William à toujours entendu prononcer par son grand pére…

Pento : Pourquoi utilises-tu ce procédé ?

WA : C’est simple j’ai choisi ce procédé de fabrication car il rend les qualités sonores de l’instrument optimales. C’est un travail complétement artisanal.

Pento : Es-tu limité par l’épaisseur des fûts ?

WA : oui car j’utilise du bois massif . Il est donc nécessaire d’avoir une épaisseur minimum pour la solidité du fut. En règle générale, l’épaisseur minimum est de 15 mm pour les petits futs et 20 à 25 mm pour les grosses caisses.

Pento : Quel est le principe d’assemblage ?

WA : Je crée un moule comme pour une guitare classique afin de comprimer les douelles de bois pour un assemblage parfait. Regardes la vidéo sur mon site, elle est très explicite …

Pento : As-tu des secrets de fabrication ?

WA : ( il se marre …) Oui et non il s’agit plutot d’un savoir faire, d’une tradition de travail du bois mis en application ….Bien sur l’expérience de mon grand pére et mon parcours professionnel m’ont beaucoup apportés, j’ai ensuite développé certaines techniques qui me sont propres, comme tous les artisans. Par exemple pour l’assemblage d’une grosse caisse il faut au moins 2 personnes, la colle prends en 30 minutes c’est tres rapide :

a) il faut assembler les douelles (24 sur une GC de 22..)
b) il faut faire le collage des 2 faces
c) intégrer la rainure à l’intérieur la coller et l’assembler … donc pour 24 morceaux de bois et 24 rainures …
d) il faut presser l’assemblage pour le mettre dans la moule
e) le cercler

.. je te garantis qu’il faut les baskets de compétitions !! c’est clair !!

Pento : Parle nous de la stabilité / fiabilité de tes fûts

WA : Je dirais éternelle et indestructible afin de traverser les siècles à venir … comme certains voiliers …

Pento : Quels types de bois utilises-tu ?

WA : du bois français et exotique : j ’ai hérité d’un véritable trésor appartenant à mon grand pere : du noyer français, de l’orme, de l’érable sycomore, du merisier, du frêne olivier … j’ai des noyers qui ont 150 ans environ et 20 ans de séchage par exemple de grosses sections ( 100 mm d’épaisseur sur 1 m de large et 5 m de long ) aussi que l’on trouve tres difficilement … de superbes veinages , du bois magnifique … c’est déjà pas mal !!

En bois exotique j ’ai des acajous réputés pour leur veinage et qualités acoustiques, des palissandres ,bois de rose ,de violette ébéne pour les finitions … Concernant les bois exotiques je fais attention aux réglementation sur les bois protégés mais je reconnais que ce n’est pas toujours facile … et c’est clair qu’il y a des marchés parallèles à ce niveau.

En France il est parfois tres difficille de savoir d’où vient le bois, il y a beaucoup d’hypocrisie à ce niveau …

Pento : Préfères-tu travailler certains bois ?

WA : J’aime bien les bois de chez nous : noyer , érable, orme , fréne mais aussi l’épicéa utilisé plutot en lutherie mais pas en facture de batterie … j’ai le projet de réaliser un fut bien spécial en épicéa.

Par contre il est vrai que certains bois exotiques sont tres dangereux pour la santé quand on les travaille, leurs poussiéres, odeurs peuvent irriter la peau, les yeux, cela provoque des allergies voir meme des maladies si on est trop exposé .

Pento : Parle nous de l’intérêt acoustique des bois

WA : Je consacre pas mal de temps pour la sélection de mes bois de résonance. Un bois de résonance c’est un bois qui a poussé tres lentement. Il suffit de regarder les cernes du bois pour déterminer le bois de printemps (le bois initial) et le bois d’été (le bois final ) .

Un bon bois doit avoir de petites cernes (une croissance lente) et seulement 25 % de bois final. C ’est un peu technique , je me suis beaucoup intéressé à cela et je vous invite à aller voir mon site ou cet aspect technique est expliqué.

Pento : Pourquoi du bois massif ?

WA : Pour tout simplement garder toute la structure naturelle du bois contrairement au multiplis par exemple  …qui finalement avec la finesse des « plis » perd une grande partie des qualités acoustiques entre autre des bois massifs.

Pento : Parle nous des différentes essences de bois

WA : Il y a 2 approches :

D’abord une purement décorative qui a peu d’influence sur la sonorité générale du fut … Par exemples des incrustations , des évents bois , marquetterie , signature bois etc… il m’arrive aussi de « plaquer » une feuille d’une essence tres rare sur le fut lui-même…
avec tres peu d’incidence sur le son vu les proportions douelles/ placage ….

Et bien sur il y a un réel travail sur le mélange des essences en fonction de leurs diverses qualitées techniques …et donc il s’agit la bien entendu d’acoustique en premier lieu …

Pento : Quel accastillage utilises tu ?

WA : Pour l’instant je n’ai pas de choix particulier , cela dépend surtout de la demande. Par exemple en caisse claire j’utilise les déclencheurs « trick » ou « Dunnett », du timbre  « pure sound » ou « sonor » que tu connais déjà et les magnifiques ( ça c’est moi qui le dit) pieds de grosses caisses sont du « dunnett » aussi …

Je souhaite installer un accastillage en corrélation avec mon travail sur le bois… Je vise le haut de gamme essentiellement donc je privilégie l’accastillage qui me semble le plus cohérent …J’ai un projet au niveau de l’accastillage, mais je n’en dit pas plus pour l’instant…

Combien de temps te faut-il pour fabriquer une batterie ?

WA : Pour moi le travail est difficillement quantifiable en effet …….disons que à partir du moment où je commence à fouiner dans mon stock , afin de choisir la bille , la « remuer » etc ..tout cela faisant partie du boulot , et jusqu’à l’aspect final où le bois est prêt à accepter la finition il me faut environ 20 heures de travail pour une caisse claire …

Pento : Justement, tes finitions sont magnifiques …

WA : Merci , je fais un travail de finition type « Gomme laquée » ou plus naturelle type « cellulo gomme laquée » ou enfin ce que j’appellerais les finitions du 21 eme siecle donc plutot du type« huilé » , leur coté écologique est évident , les gommes laques que l’on utilisait déjà pour les meubles au 17 /18 ème siécle etant moins polluantes qu’un vernis P U ( polyurhétane) actuel par exemple …

Pento : Quelle est ta clientèle ?

WA : Je souhaite toucher des musiciens ou collectionneurs qui désirent se faire plaisir en achetant un instrument unique. Cet instrument sera réalisé avec une attention et précision particulières , en étroite collaboration avec le client .

Pento : Ma dernière question, comment gères-tu le côté marketing ?

WA : Le site internet en ligne , le bouche à oreilles , tout simplement … Je souhaite remercier tout particulièrement Jo PENTO pour cette interview ainsi que la Toile des batteurs, n’hésitez pas à me contacter.

Fiche technique en pdf

http://www.william-amadieu.com/

Dossier réalisé par Pento – Mars – Avril 2009

Pour réagir à ce dossier, cliquez ici !

La Toile des  Batteurs

Laisser un commentaire